Béziers : Robert Ménard en désaccord avec le FN

Vexée, la députée du Vaucluse a décidé de lâcher le maire de Béziers après que ce dernier ait ouvertement affirmé qu’il n’est pas le marchepied « de personne ».

A travers Marion Maréchal-Le Pen, c’est le Front National qui s’est senti froissée après les déclarations à répétition de Robert Ménard qui a été élu maire grâce au soutien du FN. Ce dernier a catégoriquement rejeté samedi dernier le mouvement citoyen OZ ta droite o. Il faut dire qu’au sein du parti, il y avait déjà eu des doutes quant à la faisabilité de ce rendez-vous.

Robert Ménard, ancien journaliste a pris l’habitude de critiquer à chaque occasion le programme économique du Front national mais aussi son positionnement qui selon lui n’est « ni de droite ni de gauche ». Une situation que ne peut tolérer la députée du Vaucluse qui a reçu mandat de Marine Le Pen et qui a dû hésite jusqu’à la dernière minute avant de se rendre à l’invitation.

La goutte d’eau qui a débordé, c’est cette récente déclaration faite sur les marches du palais des congrès biterrois. On entend le maire dire n’être un escabeau de personne et en particulier pas celui du FN.

Il promet ensuite qu’il y aura des propositions « étonnantes » et une stratégie « d’attaque » afin qu’ils soient acceptés par les partis de droite. La députée à son tour reproche au maire de nier ouvertement le caractère « inévitable » du Front national. Elle continue en ces termes : « Le FN ; si je me souviens bien ; a été son marchepied » en faisant référence au soutien qu’avait apporté le parti en 2014 au candidat à la mairie, Robert Ménard.