Airbus incertain sur le potentiel commercial des fusées réutilisables

1621
0
Share:

La puissance commerciale des lanceurs spatiaux récupérables, utilisés par l’américain SpaceX, ne sera pas facile à trouver en Europe, d’après un jugement fait mardi par François Auque, directeur général du pôle Space Systems d’Airbus Group.

SpaceX, entreprise créée par l’entrepreneur américain Elon Musk, a réussi le pari de faire atterrir une fusée Falcon 9 en décembre en Floride, mais a manqué de peu l’amerrissage d’un autre modèle qui a explosé le 17 janvier au large de la Californie.

« Avec l’importance du marché commercial, il n’y a pas de modèle économique pour le marché de la réutilisation, a jugé François Auque au cours d’une conférence de presse, notant que le pari d’Elon Musk était de se servir du volume de la Nasa.

La réutilisation des fusées, facteur d’économies, ne devient lucratif que sur un volume important qui n’est pas présent de nos jours sur le marché commercial, a-t-il complèté.

Pour l’Europe, l’unique manière d’être concurrentielle est la mise en marche 2020 comme prévu d’Ariane 6, nouvelle mouture de la fusée européenne, d’après l’estimation de François Auque, qui est également président d’Airbus Defense & Space, la branche qui réunis le pôle Space Systems.

« Parallèlement, sans toucher au calendrier d’Ariane 6 pour être capable volé le plus rapidement possible en 2020, on poursuit les réflexions sur des pistes de réutilisation qui seront le cas échéant utilisées après 2020 et conciliables avec le récent concept d’Ariane 6 », a-t-il aussi indiqué.

Airbus Group, Safran et Bercy n’ont pas commenté l’affaire.

« Le sablier coule parce qu’il faut que nous fassions voler Ariane 6 en 2020 », a appuyé François Auque.

Space Systems, qui réunit les équipements spatiaux d’Airbus Group, devrait recevoir des commandes dépassant largement son chiffre d’affaires en 2015, a-t-il ajouté, assurant une année 2016 « encore meilleure ». Airbus Group va dévoiler ses résultats annuels le 24 février.

Laura